Le remodelage chirurgical des fesses par implants fessiers

Implants fessiers

Les implants fessiers permettent de corriger un aspect de fesses plates, qui est souvent mal accepté par le ou la patient(e), en augmentant le volume des fesses. L’hypoplasie fessière est certainement une indication classique à l’utilisation de prothèse, mais de nombreuses autres indications sont intéressantes.
Dans certains cas une fesse molle et tombante peut bénéficier de la mise en place de prothèse associée à un lifting.

L’augmentation des fesses par la pose d’implants n’est pas une technique récente de chirurgie esthétique. Cela existe depuis plus de 20 ans dans d’autres pays que la France, notamment en Amérique du sud.
Les implants que nous utilisons actuellement présentent une enveloppe très résistante en silicone et sont pré-remplis d’un gel de silicone cohésif.


L'examen clinique

La projection de la fesse est créée par l’un des muscles les plus puissants du corps humain, le muscle fessier et par la graisse superficielle.
Le vieillissement intervient en modifiant les formes de manière variable, en fonction de la répartition des graisses, de la qualité du muscle et de la tonicité de la peau. L’objectif recherché lors de la mise en place d’un implant fessier, n’est pas seulement une augmentation de volume, mais aussi une amélioration de la forme, un effet rajeunissant et une augmentation de la fermeté.

Il faut donc bien comprendre que l’analyse esthétique de la silhouette de la région fessière a pour objectif de rechercher le candidat idéal à l’augmentation de volume par pose d’implants. L’examen clinique pratiqué par le chirurgien permet de définir en accord avec la patiente le volume de l’implant qui sera posé. Habituellement de 250 ml à 500 ml. Bien entendu tout n’est pas possible et la taille maximale qui pourra être posée pour obtenir un résultat esthétique optimal est limitée par la taille et la qualité du muscle fessier.
L’examen clinique permet enfin d’éliminer les contre-indications à ce type d’intervention.

L'intervention chirurgical pour pose de prothèses de fesses

Deux techniques chirurgicales permettent de mettre en place un implant fessier. La prothèse peut être placée sous le muscle grand fessier ou dans l’épaisseur de celui-ci. Il s’agit là d’un choix personnel réalisé par le chirurgien. L’objectif premier est que la prothèse soit entièrement recouverte par le muscle et qu’elle ne soit ainsi, ni visible, ni perceptible au toucher pour obtenir un résultat esthétique harmonieux, élégant, stable et durable. Le problème de la proximité du nerf sciatique décrit par certains comme un danger est à notre sens un faux problème si la technique opératoire est maîtrisée.

L’intervention, réalisée sous anesthésie générale, dure environ deux heures. L’hospitalisation est habituellement de 48 heures, l’arrivée à la clinique étant programmée pour le matin de l’intervention.

Les suites opératoires :
Les douleurs post opératoires sont réelles les trois premiers jours mais sont facilement calmées par des antalgiques puissants.
Le patient peut se lever et marcher dès le deuxième jour, mais il n’est par contre pas possible de se coucher sur le dos et de s’asseoir normalement pendant quinze jours.
Il est conseillé d’alterner le décubitus dorsal en position ½ assise avec des coussins bien positionnés et le décubitus latéral.
Le retour à une activité normal doit être prudent :
Le sport est contre-indiqué pendant un mois post opératoire, le vélo ne pourra être repris qu’au bout de trois mois.