Tout savoir sur la ligne mandibulaire

ACCUEIL PHIL
CANNES 2014
15 September 2014
elena
Tout savoir sur la chirurgie intime
1 October 2014
Tout voir

Tout savoir sur la ligne mandibulaire

portrait lift

Au cours du vieillissement, les masses graisseuses se déplacent et se transforment, modifiant ainsi les reliefs habituels du visage.

Le chirurgien doit rééquilibrer harmonieusement les volumes de la face pour dessiner un ovale mentonnier parfait. Pour obtenir un résultat naturel, l’objectif est de repositionner les éléments anatomiques qui ont mitrés.

Médicales ou chirurgicales, les solutions sont nombreuses pour lutter contre les traces du temps, ou corriger certaines disgrâces. Toutes ces techniques se combinent. En effet, un lifting total ou partiel, peut être sublimé par la pratique d’injections (toxine botulique, acide hyaluronique). Chaque patient étant unique, le praticien adoptera le protocole ad hoc pour respecter l’harmonie d’un visage.

CONSTAT

Une des caractéristiques principales d’un visage jeune est la régularité de la ligne mandibulaire, en une courbe harmonieuse de la pointe du menton jusqu’à l’angle de la mandibule.

Conséquences, au cours du vieillissement :

  • La ligne mandibulaire se comporte comme une rupture entre la face et le cou
  • On constate l’apparition d’une cassure des lignes et des courbes.
  • Les rides apparaissent et les sillons se marquent.
  • L’équilibre des volumes se modifie.
ANATOMIE (simplifiée)

Une connaissance parfaite de l’anatomie constitue la clé indispensable au chirurgien pour comprendre les mécanismes du vieillissement et proposer un traitement efficace, convaincant et durable.

L’analyse du vieillissement de la ligne mandibulaire est assez complexe dans la mesure ou de nombreux éléments interviennent.

Le plasticien étudie le visage dans sa globalité pour rechercher les modifications de volume et trouver les traitements nécessaires pour restaurer l’harmonie.

Il est très important de bien connaître la répartition et les variations de volume des loges graisseuses superficielles et profondes, qui sont séparées par des cloisons.

En effet, il existe un glissement vers le bas de la loge graisseuse superficielle qui se trouve bloquée entre deux points fixes que sont le ligament mandibulaire et l’artère faciale.
TRAITEMENTS

La bonne connaissance de l’anatomie de ces structures a une application pratique sur le plan thérapeutique.

Sur le plan thérapeutique, notre palette est étendue et doit utiliser toutes les techniques mises à notre disposition.

  1. La toxine botulique, utilisée maintenant couramment dans le bas du visage, donne de merveilleux résultats sur les contractures musculaires. Au niveau du muscle depressor anguli oris, deux à trois points d’injection de faibles doses de produit permettent de redresser les commissures de la bouche. Au niveau de la pointe du menton, un point d’injection dans la partie basse des muscles mentalis supprime l’aspect de peau d’orange qui apparaît à ce niveau. Enfin au niveau du cou 3 à 6 points d’injection dans les muscles platysma améliore la ligne mandibulaire.
  2. La restauration de la ligne mandibulaire peut se faire également à l’aide de deux types de produits de comblement.
    • Les injections d’acide hyaluronique peuvent se faire de différentes manières et dans différents plans. En remplissant les deux encoches qui cassent la régularité de la ligne mandibulaire. En redonnant du volume à la partie basse de la joue et en comblant les rides superficielles. En équilibrant les volumes au niveau des angles de la bouche ou de la pointe du menton. Bien entendu également en redessinant discrètement les lèvres, qui participent grandement à l’harmonie esthétique de cette région.
    • Le lipo filing utilise de la graisse prélevée sur le patient lui même. Tout ce que l’on fait avec l’acide hyaluronique peut également être fait avec de la graisse. Un chapitre spécifique consacré à ces techniques va prochainement être mis en ligne.
  3. La chirurgie du bas du visage occupe toujours une place importante dans le traitement de la ligne mandibulaire. L’acte opératoire est centré sur le ⅓ moyen du visage, sur l’ovale mentonnier et le cou. Ce n’est pas un acte opératoire très lourd et pénible. Une anesthésie générale est justifiée dans la plupart de cas, et il faut prévoir une hospitalisation d’une nuit. Bien que les suites opératoires voient fréquemment apparaître des ecchymoses, elles ne sont pas pénibles et douloureuses. L’objectif de l’intervention est de retendre le muscle platysma et de redraper la peau. Le résultat obtenu reste ainsi extrêmement naturel et durable.

Comments are closed.