Rhinoplastie

Spécialité à l’intérieur de la spécialité, elle nécessite un apprentissage spécifique et une motivation particulière de la part du chirurgien.

La motivation du patient qui a réfléchi activement à la correction de sa déformation nasale est un élément très important.

Cette intervention complexe aux multiples possibilités techniques et aux choix esthétiques nombreux concerne d’ailleurs aussi bien l’homme que la femme, et dès la fin de la période pubertaire.


Précisions

Le principe de cette intervention consiste à modifier le squelette osseux et cartilagineux sur lequel viendront se mouler la peau et les tissus sous-cutanés. Le chirurgien doit donc être capable d’analyser les reliefs de surface du nez et d’en déduire la structure, la taille ainsi que la position des éléments internes.

En effet, la diversité des modifications proposées dans la taille et la forme du nez est grande puisque la demande vient aussi bien des populations caucasiennes, qu’africaines ou asiatiques. Il s’agit donc bien d’une affaire de cas particuliers basée sur une analyse soigneuse des déformations à corriger.
C’est pourquoi il doit connaître parfaitement l’anatomie de la pyramide nasale en tenant compte de notions artistiques d’anatomie esthétique.
Il s’agit de trouver le subtil équilibre qui tient compte des proportions faciales idéales et de l’équilibre des volumes en gardant présent à l’esprit la demande spécifique de chaque patient pour construire un projet crédible et réaliste.

En définitive, la décision de procéder à une rhinoplastie doit se prendre à la suite d’un dialogue éclairé par un certain nombre d’informations précises pour construire un projet réaliste.

AVANT

AVANT

APRES

APRES

Si les techniques opératoires sont les mêmes, il existe néanmoins des différences anatomiques à prendre en compte lors d’une rhinoplastie chez un homme :

  • L’arcade sourcilière est plus marquée, plus proéminente et plus large sur le profil d’un homme que sur celui d’une femme
  • L’angle nasofrontal est plus ouvert
  • Le nez masculin est plus long que le nez féminin, proportionnel à un visage souvent plus grand et plus large
  • L’angle nasolabial, lui, est moins ouvert avec une columelle habituellement horizontale
  • Le nez masculin présente plus volontiers une convexité du dorsum que le nez féminin. Souvent il est constitué d’une bosse véritable.

Le projet technique doit être en harmonie avec ces différences. Il est donc nécessaire de proposer un projet masculin. L'arête nasale doit être plus rectiligne que chez la femme et la pointe nasale doit être dans la continuité. Il faut éviter l’individualisation de la pointe. L'angle nasolabial doit être inférieur ou égal à 90 degrés.

Plusieurs consultations seront nécessaires pour atteindre la meilleure compréhension du patient par le chirurgien.

La première consultation commence comme toujours par une écoute attentive de la demande du patient. C’est bien souvent dans les premières minutes de cette consultation que le chirurgien peut se rendre compte de la motivation, de la maturité et de l’ancienneté de la réflexion de son patient.
Il faut lui faire décrire au mieux les éléments qu’il souhaite faire corriger. La première règle du chirurgien est de comprendre ce qu’on lui demandera de faire.
Au cours de ces premiers échanges, le chirurgien va rechercher des antécédents traumatiques, s’informer sur la qualité de la respiration et la notion d’allergie ou d’infections rhino sinusiennes.

Il convient ensuite de regarder et d’apprécier :

  • L’axe du nez
  • La symétrie des narines
  • La régularité de l’arête et sa largeur aux différents étages du nez
  • La longueur et la projection de la pointe
  • La forme de la pointe
  • L’équilibre général du profil

Dans la deuxième partie de cette première consultation le chirurgien doit décrire les grands principes techniques de la rhinoplastie et aborder les aspects pratiques des conditions dans lesquelles se déroule une intervention et parler des suites opératoires.

À la fin de cette consultation :

  • Dans certains cas le patient à besoin de réfléchir
  • Dans d’autres cas il a déjà muri sa demande et souhaite aller plus loin ; il faut alors constituer le dossier photographique qui permettra de réaliser des simulations sur ordinateur.

  • C’est à partir de ce travail que l’on va pouvoir établir un projet de traitement.

    La deuxième consultation est centrée sur la discussion de la simulation, qui peut d’ailleurs être retouchée finement «en direct».

    Après un rappel des grands principes déjà décrits pendant la consultation précédente, la décision finale appartient au patient.

Pour impressionnante que puisse être la rhinoplastie pour les patients qui l’imaginent, cette intervention présente pourtant l’avantage non négligeable de ne pas être douloureuse dans les suites opératoires. L’inconfort le plus important est de ne pas pouvoir respirer par le nez pendant quelques heures en raison du pansement qui se trouve à l’intérieur des fosses nasales. L’attelle en résine qui est collée sur le nez à la fin de l’intervention est retirée en consultation au 10ème jour post-opératoire, sans aucune douleur.

Cette intervention ne peut pas être cachée à l’entourage social en raison des bleus qui apparaissent sur les joues assez rapidement dans les 24 premières heures, et qui vont disparaître en une dizaine de jours.
Après l’ablation de l’attelle, il est possible de reprendre une vie sociale tout à fait normale, sans attirer l’attention de l’entourage.
Il est important de se souvenir que le résultat définitif concernant la forme du nez se mettra en place progressivement pendant les trois à six mois suivant l’acte opératoire.