Tout savoir sur la chirurgie intime

portrait lift
Tout savoir sur la ligne mandibulaire
22 September 2014
PHI_0030
Tout savoir sur la chirurgie dermatologique
24 November 2014
Tout voir

Tout savoir sur la chirurgie intime

elena
Origines d'un nouveau besoin chirurgical

De plus en plus nombreux sont les médecins et sexologues s'inquiétant de l’augmentation constante de telles opérations. Une nouvelle norme esthétique entraîne selon eux de nouveaux complexes qui n'ont pas lieu d'être. Pour autant, si l’on peut admettre qu’il existe des excès en la matière, il n’en est pas moins vrai que cette chirurgie répond à de réels besoins pour certaines femmes : besoins physique (mécanique), psychologique et esthétique.

La « chirurgie de l’intime » n’est donc pas qu’une réponse à un nouveau modèle esthétique. On ne doit pas oublier que c’est aussi une solution médicale pour des pathologies souvent difficiles à extérioriser. Le chirurgien doit avoir conscience qu’il n’est pas simple pour une femme de faire part de ses problèmes et de ses souffrances les plus intimes. Si de nos jours ces thèmes sont abordés plus facilement, la honte et la culpabilité enferment encore certaines patientes dans un mutisme destructeur.
Les demandes sont nombreuses chez les femmes gênées par des douleurs lors des rapports sexuels, ou encore lors de la pratique de certains sports, ou simplement la marche à pied, ou encore durant une station assise prolongée.

  • Il est effectivement très désagréable, inconfortable et douloureux, pour une femme ainsi que pour son partenaire, d’être gêné par la présence de petites lèvres de taille importante qui pénètrent dans le vagin au cours des rapports sexuels.
  • Il est parfois nécessaire de répondre à un vrai problème de destruction vulvaire à la suite d’un accident, d’une intervention chirurgicale après une tumeur, ou d’une mutilation ethnique.
  • A la suite d’un accouchement difficile, avec ou sans réalisation d’une épisiotomie, une béance vaginale peut apparaître et perturber la qualité des rapports sexuels.
  • De trop volumineuses petites lèvres peuvent complexer certaines femmes et conduire à une souffrance psychologique.
  • Tous ces exemples sont d’ordres pathologiques, et ne répondent pas seulement à un besoin esthétique. Il faut donc prendre en compte chaque demande à travers tous ces aspects, si personnels et intimes.
  1. Petites lèvres trop volumineuses :
    • motif de consultation :
      • hauteur importante des petites lèvres qui dépassent de la vulve et qui sont inesthétiques,
      • gêne fonctionnelle au cours des rapports sexuels, par invagination au moment de la pénétration.
    • l’examen clinique :
      • montre une anomalie évidente de hauteur ou de longueur des petites lèvres,
      • doit apprécier la forme globale et la symétrie,
      • doit rechercher d’autres anomalies associées de la vulve ou de l’orifice vaginal,
      • doit s’intéresser au contexte psychologique et au ressenti du couple.
    • le traitement :
      • est uniquement chirurgical et consiste à réduire la taille des petites lèvres en leur donnant une forme harmonieuse
      • cette intervention peut se dérouler le plus souvent sous anesthésie locale, mais chez certaines patientes particulièrement vulnérables, une anesthésie générale peut être souhaitable
      • la patiente est installée en position gynécologique
      • sur le plan pratique, de nombreuses techniques ont été décrites ; qu’il s’agisse d’une résection en V ou en étoile, d’une résection longitudinale, la technique choisie doit être adaptée à chaque cas particulier.
      • les sutures sont effectuées à l’aide de fils qui s’élimineront tous seuls.
      • la cicatrisation est acquise en une huitaine de jours.
    • les suites opératoires :
      • Il s’agit d’une intervention chirurgicale inconfortable gênant la marche pendant quelques jours, mais non douloureuse habituellement,
      • Une vie sexuelle normale peut être envisagée après une quinzaine de jours.
  1. Reconstruction vulvaire :
    • motifs de consultation :
      • une amputation plus ou moins importante d’une ou des deux petites lèvres peut apparaître à la suite d’une intervention chirurgicale justifiée (pour traiter un kyste, un abcès, une tumeur), d’un accident ou d’une mutilation ethnique partielle
    • l’examen clinique doit être complet et tenir compte de l’étiologie avant de poser une indication de chirurgie réparatrice
    • l’intervention
      • peut se dérouler aussi bien sous anesthésie locale que sous anesthésie générale,
      • les techniques de réparations plastiques sont nombreuses ; il peut s’agir de lambeaux de rotation ou d’avancement, de plasties en VY,
      • plusieurs temps opératoires sont parfois nécessaires pour obtenir un résultat esthétique et fonctionnel de qualité.
  1. Modelage des grandes lèvres :
    • motifs de consultation :
      • nous sommes ici dans un domaine purement esthétique
      • les habitudes et les phénomènes de mode qui poussent à choisir un rasage presque total des poils pubiens, voire une épilation complète sont les éléments déclenchant d’une prise de conscience de l’esthétique de la vulve,
      • certaines femmes se plaignent d’une insuffisance de volume des grandes lèvres, entraînant une visibilité trop importante des petites lèvres qui sont pourtant de taille et de forme normales.
    • L’examen clinique :
      • Doit toujours être complet et apprécier le volume des grandes lèvres, l’épaisseur de la peau, l’absence de kystes dans l’épaisseur ou de toutes anomalies à la palpation.
    • Le traitement :
      • A pour but d’augmenter le volume des grandes lèvres de manière homogène et harmonieuse,
      • L’utilisation des techniques de lipo-filling (prélèvement de graisse, centrifugation et réinjection) est parfaitement adaptée à cette localisation,
      • L’injection de graisse se fait à l’aide de canule de 22 ou de 25 G en utilisant des seringues de 1ml,
      • Le volume de graisse injecté dans chaque grande lèvre doit être adapté à chaque cas particulier en fonction de l’objectif fixé au préalable.

Comments are closed.